L'association

Notre histoire

 
L'histoire d'Ecoute le Signe a commencé en Juin 2013, après la rencontre de ces deux fondatrices au sein d'une formation à la langue des signes française.
Les premières idées ont fusé rapidement et il a fallu faire le tri ! 
Le travail autour de la parentalité a été très vite un des premiers axes que nous avons souhaité développer. C'est ainsi que quelques mois plus tard, nous étions reparties en formation complémentaire avec "bébé fais moi signe" afin de lancer nos premiers ateliers bébés signeurs.
 

Notre équipe

Céline et Cécile

 

Présidente de l'association : 

Cécile BENNET

1000358 10201940409301419 1422700910 n 2

Licenciée de sociologie en 2009 et éducatrice spécialisée, diplômée d’Etat en 2012. Cécile a découvert la Langue des Signes avec un enfant sourd qui a suscité toute son admiration quant à cette communication entre lui et sa mère par le biais de signes. Puis, lors d’un emploi en centre de loisir, elle rencontre une jeune fille sourde qui a des difficultés à s’intégrer dans le groupe du fait d’une communication inconnue par ses interlocuteurs. Ces deux expériences l’entraînent à se questionner sur ce moyen de communication, et l’amène vers une initiation de la Langue des Signes Française. L’objectif à atteindre pour Cécile est de devenir éducatrice spécialisée auprès de personnes sourdes afin de faciliter leur inclusion dans la société. Elle réalise alors une formation de trois ans d’éducateur, puis fait le choix de se former à la LSF.

 

Secrétaire de l'association :

Céline BIAGUI

Céline BIAGUI
 

Psychologue clinicienne, diplômée de l’université Toulouse II en 2012. Céline a découvert la langue des signes lorsqu'elle était adolescente au contact de sa petite voisine sourde. Depuis elle n'a cessé de s'intéresser à cette langue et à la communauté qui la fait vivre. Elle a été accueillante au sein d'un lieu d'accueil parent-enfant en langue des signes, elle a été stagiaire auprès d'une psychologue sourde dans une unité de soin et d'accueil en langue des signes à l'hôpital, elle a eu la chance de participer à la vie d'une classe d'enfants sourds pendant quelques temps. Elle a fait partie d'une association qui regroupait sourds et entendants autour d'activités culturelles. A la fin de ses études universitaires, elle choisit de se lancer à temps plein dans l'apprentissage de cette langue.

 

×